La Commune impose son tribunal

Paris, 17 août 1792

L'Assemblé a dû obtempérer aux ordres de la Commune. Conduite par Ollivault, une délégation de la municipalité insurrectionnelle est venue demander que la justice frappe les criminels contre-révolutionnaires arrêtés le 10 août. Elle a menacé les députés d'une émeute pour leur imposer la création immédiate d'un tribunal criminel extraordinaire élu par les militants des sections parisiennes. Le 15, Robespierre avait déjà réclamé l'institution de ce tribunal. Il ne voulait pas d'une simple cour martiale. Il exigerait en effet que tous les partisans du roi fusent châtiés et pas seulement les officiers suisses ou les aristocrates des Tuileries. La présidence du tribunal a été proposée à Robespierre mais celui-ci a décliné cette offre car il dit préférer siéger au conseil général de la Commune. La municipalité insurrectionnelle estime être la véritable expression de la souveraineté nationale. Elle refuse d'être soumise à la tutelle de l'Assemblée.