Dernière séance de la Constituante

Paris 30 septembre 1791

C'est une impression de soulagement qui domine après la dernière séance de la Constituante. Le roi a clos la session au milieu des cris de "Vive le roi!" et "Vive la nation!". Mais ces deux expressions sont-elles bien compatbles? Le président Guillaume Thouret qui semble le croire, s'est adressé à l'assistance en disant : "L'Assemblée constituante déclare qu'elle a rempli sa mission". Les députés s'estiment satisfaits d'être parvenus à naviguer entre les deux écueils de la contre-révolution aristocratique et de l'"anarchie" républicaine, et d'avoir établi un régime modéré et durable. Ce constat résiste difficilement à l'analyse. A voir l'agitation qui régne dans le pays, on constate la fragilité de l'édifice élevé par la Constituante. D'un côté, la lutte religieuse s'aggrave de jour en jour à la suite des résistances opposées par le clergé fidèle au pape. De l'autre, les clubs et les sociétés populaires rêvent de prendre leur revanche. Un moment abattus par l'affaire du Champ-de-Mars, les Jacobins se renforcent à présent. Le dernier décret, pris hier par l'Assemblée, qui condamne les pétitions collectives, ne saurait suffire à freiner leurs exigences.