Louis XVI prête solennellement serment à la Constitution

Paris 14 septembre 1791

Aucun trône n'avait été prévu pour accueillir Louix XVI dans l'enceinte de l'Assemblée. Le roi s'est avancé lentement parmi les députés, debout et découverts, jusqu'à un fauteil ordinaire. Alors qu'il allait commencer à prononcer le serment constitutionnel, tout le  monde s'est assis. Troublé, le roi en a fait autant, mais ce manque de respect a semblé l'humilier profondément. Les applaudissements nourris et les cris de "Vive le roi!" n'y ont rien changé. Que lui importe que tous les députés le saluent aujourd'hui. Et, parmi les députés, combien se demandent, en fait, si le roi est sincère, s'il reconnaît vraiment le principe de la souveraineté nationale contenu dans cette Constitution dont, en privé, il déclare, paraît-il, qu'elle lui fait horreur. Cet indécis ne cherche-t-il pas seulement à gagner du temps, en attendant de trouver le moyen de briser enfin la Révolution?

Manuscrit de la main du roi Archive nationales Photographie Hachette

La note de l'archiviste est ainsi rédigée: " Serment du Roi, écrit de sa main et remis sur le bureau de l'Assemblée Nationale, le 14 septembre 1791"

(Noter l'expression Assemblée Nationale, au lieu de l'expression courante Assemblée Constituante)