La prudente menace de la déclaration de Pillnitz

Paris 27 août 1791

Est-ce la guerre qui se prépare? La coalition des puissances européennes contre la France Révolutionnaire, don't on parle tant, estelle sur le point de prendre forme? Léopold II d'Autriche et Frédéric-Guillaume II de Prusse se sont rencontrés à Pillnitz, résidence d'été de la cour de Saxe, près de Dresde. Inquiets sur le sort du roi de France après sa fuite manquée à Varennes, et pressés par les émigrés d'organiser une offensive armée afin de restaurer la monarchie française, les deux souverains ont pris l'initiative de rédiger une déclaration commune. Cette dernière n'a cependant rien de l'engagement ferme et définitif qu'attendait le comte d'Artois, qui assistait à la conférence. L'empereur et le roi de Prusse y considèrent certes " la situation où se trouve actuellement Sa Majesté le roi de France comme un objet d'intérêt commun à tous les souverains de l'Europe". Ils menacent même d'employer jusqu'en France "les moyen les plus efficaces" pour affermir " les bases d'un gouvernement monarchique conforme au droit des souverains". Ils subordonnent toutefois explicitement leur intervention à l'accord des autre puissances : Léopold et Frédéraic-Guillaume ne sauraient mieux marquer leur manque d'empressement. Ils savent fort bien que ni l'Espagne, ni l'Angleterre, ni la Suéde et encore moins Naples ou le Piémont ne sont prêt à une telle action. Cette déclaration produit cependant une forte inquiétude en France.