20 juin, à minuit le Roi est prêt à Partir

A 23h30, le roi et la reine se sont couchés, selon l'étiquette de cour. Le valet de chambre du roi s'est assoupi dans l'antichambre. Le silence régne dans le palais des Tuileries. Passé minuit, à quelques pas de là, un homme corpulent, habillé en valet, accueille une femme vêtus simplement et l'installe dans une voiture, qui s'ébranle aussitôt en direction de la porte Saint-Martin. Ce couple n'est autre que le roi et la reine de France. Les autres passagers sont le dauohin et la fille du roi, leur gouvernante, Mme de Tourzel et Mme Elisabeth, soeur de Louis XVI. Quant au cocher, il s'agit d'Axel de Fersen, le confident de la reine. Le destin de la famille royale est en train de se jouer.

La fuite a été envisagée sérieusement dans l'entourage du roi depuis le moi d'octobre 1790. A vrai dire, irrésolu comme à son habitude, le roi a été poussé à l'action par la reine. L'obejctif est de rejoindre les troupes des frontières, où l'on peut compter sur quelques généraux sûrs, puis, avec leur aide, marcher sur Paris et rétablir l'autorité du roi. Le cas échéant, il pourrait faire appel aux autres monarques