Le pape Pie VI condamne la Constitution civile du clergé

Rome le 13 avril 1791

Depuis des mois, il avait averti et menacé. Aujourd'hui, le chef de l'Eglise a officiellement réagi : tout prêtre "jureur" qui ne se sera pas rétracté d'ici à quarante jours sera frappé de suspension. Le nouveau bref qui a été publié par le pape est sans ambiguïté; adressé "au roi, aux évêques, aux prêtres et au peuple de France", c'est une condamnation sans appel de la Constitution civile. Les élection paroissiales et épiscopales sont déclarées nulles. Quand aux consécrations, elle sont sacrilèges et les évêques qui y ont procédé sont rayés de l'ordre épiscopal : c'est le cas de Gobel et de Talleyrand. Bénissant les catholiques fidèles. Pie VI leur applique la parole de Saint Léon: " Je vous félicite de ce que vous être demeurés inébranlables dans la doctrine évangélique et apostolique. " Seule issue laissée au clergé constitutionnel : le repentir, c'est-à-dire la rétraction. tout compromis, toute réconciliation paraît donc désormais exclue entre réfractaires et assermentés: on va vers le schisme. Comme le précédent ce bref est interdit en France par les autorités révolutionnaires et c'est clandestinement qu'il commence à être diffusé par les réfractaires et leurs fidèles.