Le frère du roi voilait-il s'enfuire?

Paris le 22 février 1791

Monsieur a l'art de tourner les événement les plus dramatique à son avantage. Cet après-midi, une rumeur insistante courait dans Paris: le frère du roi faisait ses malles. Une foule essentiellement composée de femmes s'est alors portée au palais du Luxembourg pour en avoir le coeur net. Monsieur, calme et souriant comme à son habitude, est venu en haut du grand escalier à la rencontre d'une délégation de citoyennes. "Est-il vrai que vous pensez quitter ces bonnes gens qui vous aiment bien?" lui ont-elles demandé. "Mesdames, a-t-il répondu avec aplomb, non intention n'a jamais été de partir! Vous savez comme le roi est attaché à la Constitution. Je suis attaché au roi et à la Constitution. Je ne quitterai jamais le roi". On a tout de même exigé qu'il se rende aux Tuileries réitérer cette promesse. Il y a consenti d'autant plus volontiers qu'il y va justement tous les soirs souper en famille. Son carrosse, couvert de femme accrochées aux portières, pouvait à peine se frayer un chemain au milieu de la foule sans cesse plus nombreuses, que les gardes nationaux ont dû disperser, une fois au château? Un triomphe pour Monsieur. Mais le doute subsiste: que fera-t-il si le roi vient à partir, lui qui a juré de ne jamais le quitter?