Les Parisiens pillent l'hôtel de Castries pour venger Lameth

Paris 12 novembre 1790

"Tous chez du duc! Vengeons Lameth!" Ils étaient dix mille à s'être massés à ces cris sous les fenêtres de l'hôtel de Castries, rue de Varenne. La foule hostile n'attendait plus qu'un geste pour se ruer à l'assaut. La première pierre jetée allait bientôt en donner le signal. Le duc de Casties avait jugé plus prudent de se réfugier chez son amie, la princesse de Tarente. Il savait trop ce qu'il risquet. Le duel qui venait de l'opposer à son rival politique Charles de Lameth le plaçait en effet dans une situation fâcheuse. La rumeur court que le duc aurait trempé son épée dans du poison et que la blessure infligée à son adversaire serait bien mauvaise. On craint pour la vie de Lameth. Des brochures, distribiées dans la rue, ont rapporté l'événement et dénoncé haut et fort l'attitude du vainqueur. Tandis qu'une députation de patriotes se rendait au domicile du blessé, la foule a franchi la grille de l'hôtel particulier du duc. Tout s'est alors passé trés vite. En moins d'une demi-heure, la demeure était saccagée et réduite en cendres: vitres éclatées à coups de barre de fer, meubles défenestrer, tapisseries lacérées, armoires des de Castries arrachées, miroirs brisés, tentures incendiées et vaisselle d'or... disparue. Non loin de là, La Fayette, sabre au clair devant ses cavaliers, a attentivement suivi la scène sans, à aucun moment, donner l'ordre d'intervenir.