Les mulâtres veulent être citoyens

Saint-Domingue le 29 octobre 1790

La promulgation du décret du 8 mars ou la guerre: c'est l'alternative radicale proposée par les mulâtres de la province du Nord aux autorités de l'île. Ici comme à la Martinique, les mulâtre libres ont décidé de défendre, les armes à la main s'il le faut, la reconnaissance des droits du citoyen que ce décret octroie à tous les hommes libres, sans distinction de couleur. Ils ont à leur tête Vincent Ogé, un brillant avocat qui est aussi homme d'action. A peine débarqué de Paris le 21 octobre, celui-ci a mis sur pied une milice d'hommes de couleur composée d'anciens combattants de la guerre d'Amérique.