Jalès, veillée d'arme de la noblesse

Paris le 18 août 1790

La contre-révolution s'organise. Dans le sud du Vivarais, une terre traditionnellement vouée aux guerres de Religion, 20 000 hommes se sont rassemblés à Jalès. Pour ces nobles et ces gardes nationaux hostiles à la Révolution, l'Assemblée nationale est une chose monstrueuse. De même, l'oeuvre de la Constitution est tenue pour nulle et ses membres sont regardés comme des criminels de lèse-majesté. En liaison et accord avec le comte d'Artois et les émigrés, les fédérés du camp de Jalès sont bien résolus à soulever tout le midi de la France contre les décrets de l'Assemblée. A l'initiative de Charles de Polignac et de Laurent de Palarin, ils ont même rédigé un manifeste, appelant à la résistance.