L'enfer des femme à la Salêtrière

Paris le 5 août 1790

De toutes les prisons de la capitale, la Salpêtrière est l'une des plus sordides. Elle est réservée aux femmes, mère de famille pour la plupart. Celles-ci végètent dans leur cachot et paient par de lourdes peines des fautes souvent mineures. Leur seul crime est généralement d'avoir été infidèles à leur époux ou d'avoir commis de petits vols. Un administrateur au département de Police qui leur a rendu visite dans le cadre d'une enquête sur les conditions pénitentiaires a lancé un cri d'alarme : il faut que cessent ces internements honteux!  Il dénonce l'arbitraire des condamnations et la dureté des magistrats face à ces malheureuses. Par son indifférence, l'opinion est elle aussi responsable, car les plaintes des prisonnières sont trop discrètes pour apitoyer. C'est donc aux législateurs d'agir et d'infléchir le roi pour qu'il leur accorde sa grâce tardive.