CHÉNIER (de) André Marie

 

 

Poète français né à Constantinople le 28 octobre1762 , guillotiné à Paris le 25 juillet 1794. Mêlé d'abord au mouvement révolutionnaire, il protesta ensuite contre les excès de la Terreur et mourut sur l'échafaud . Admirateur enthousiaste de la poésie grecque, mais également de la philosophie moderne, il voulut concilier dans son œuvre cette double inspiration. Il a donné avec les Iambes un des chefs d'œuvre de la satire politique, et s'est révélé dans les élégies et les Idylles ( la jeune Captive, l'Aveugle, la Jeune Tarentine), un grand lyrique à la fois harmonieux et sensible - Son frère Marie Joseph, né à Constantinople (1764 -1811), est l'auteur de la tragédie Charles IX et des paroles du chant du départ. Il fut membre de la convention.


© Petit Larousse Illustré 1989

 

© photo Chronique de la Révolution édition Larousse

 

Son frère Marie Joseph Blaise

Homme Politique et écrivain français (Contantinople le 28 août 1764 décédé à Paris le 11 janvier 1814 frère du précédent Renonçant à la carrière militaire et se consacrant à la litèrature, il composa des poésies lyriques (Poésies; posth. 1844) et les paroles de nombreuse chants patriotiques (notamment le Chant du départ, mis en musique par E Méhul). Animé d'un ardent esprit révolutionnaire, son théâtre tragique connut un succès considérable , Membre du Club des Jacobins, puis de la Convention et du Conseil des Cinq-Cents, enfin du Tribunat, auteur de nombreuses épigrammes et satires morales ou politiques. Accusé d'avoir trahi son frère, il du répondre par la vigoureuse Epître sur la calomnie 1795, Favorable à Bonaparte et nommé, sous l'Empire, inspecteur général de l'Université.

accueil