De CHARRETTE DE LA CONTRIE François

Chef Vendéen (Couffé le 21 avril 1763 - fusillé à Nantes le 29 mars 1796)

Charrette. Le brigand bien-aimé des humbles et des grandes dames était aussi implacable dans de se plier à quelque discipline que ce fût.

François Athanase de CHARETTE de la Contrie, ancien lieutenant de vaisseau dans la marine royale, émigre en 1790 mais revient en France au printemps 1792. Il participe, comme Lescure et Henri de La Rochejaquelein, à la défense des Tuileries le 10 août 1792.

Depuis lors, il vit retiré sur ses terres, dans son manoir de Fonteclose, près de Machecoul. Quand les paysans du Marais viennent lui demander de se mettre à leur tête, il accepte avec réticence.

Il s'entend mal avec les autres chefs de l'insurrection et les troupes qu'il dirige ne se joignent que rarement à l'Armée Catholique et Royale. N'ayant pas participé à la virée de Galerne, il continue le combat dans le marais nantais. A partir de la fin de 1794, c'est lui qui incarne la lutte de la Vendée que la répression des Bleus a relancée.
En 1795 il signe avec les Républicains la paix de la Jaunaye, dans l'espoir qu'on lui confiera le petit Louis XVII. Après la mort de "l'enfant du temple", il reprend bientôt le combat, mais la politique d'amnistie conduite par Hoche le coupe rapidement du soutien des paysans. Charette est capturé, un mois après Stofflet, dans les bois de la Chabotterie. Il est fusillé le 29 mars 1796, à Nantes, sur la place des Agriculteurs (aujourd'hui place Viarmes).

accueil