Brulart de Genlis, marquis de Sillery Charles Alexis( 1737 - 1793 )


Né à Paris le 20 janvier 1737.

D’une famille d’ancienne noblesse il était le neveu d’un ministre de Louis XV. Officier de marine, il se distingua en Chine et aux Indes ce qui lui vaudra dès 1760 la Croix de Saint Louis. Retraité en 1780 il avait une fortune colossale.

Le 27 mars 1789 il sera élu député de la noblesse pour le bailliage de Reims, le deuxième sur deux. Partisan de la vérification des pouvoirs en commun il sera parmi les premiers représentants de la noblesse à rejoindre le Tiers. Bien qu’affichant des positions plutôt à gauche et allant jusqu'à devenir membre du club des Jacobins, il restera strict quant à la nécessaire discipline des armées. D’autre part, il soutiendra tout en s’en défendant la faction d’Orléans.

En septembre 1792 il sera élu député de la Somme à la Convention le treizième sur treize. Dès le 24 du mois il partira en mission avec Carra et Prieur de la Marne auprès des armées de Dumouriez et de Kellermann au lendemain de la victoire de Valmy. Au procès du Roi, il se prononcera pour l’appel au peuple, la réclusion et le bannissement à la paix et pour le sursis. Suspecté avec Philippe Egalité de complicité avec Dumouriez, il sera dénoncé à ce titre par les Girondins. Ayant échappé à la surveillance qu’il avait pourtant lui même sollicité, il sera enfermé le 5 avril 1793 au Luxembourg. Le 3 octobre il sera englobé dans le procès des Girondins avec lesquels pourtant il n’avait pas grand chose à voir. Le Président du Tribunal lui reprochera ses positions sur la discipline militaire (affaire de Nancy) et insistera sur ses relations avec Pétion. En effet celui-ci avait fait un voyage à Londres avec l’épouse de Sillery, Madame de Genlis, mais il semble qu’il s’agissait plus d’une idylle amoureuse que d’autre chose. Enfin bien entendu on lui reprochera ses relations avec Orléans et ses imprudences avec Dumouriez. Il sera condamné à mort et exécuté le 10 brumaire de l’an II.

accueil