Broquet Pierre

 

Rue Saint-Germain-l'Auxerrois - l'étroite artère qui, paralléle au quai de la Mégisserie, subsiste en partie avec son décor d'autrefois - les frère Tailleur ont, chez eux, un oratoire où des réfractaires viennet dire leur messe. Parmi les habitués est un vieillard de 80 ans, M. Broquet, ex-chapelain de notre-Dame. Il habite loin de là pourtant, recueilli qu'il a été par son neveu, un nommé Baubrée, qui est propriétaire d'une brasserie, rue Richer; il lui faut aussi beaucoup de courage pour persister à faire le déplacement, car ce Daubrée veut passer pour jacobin, a peur, interdit à son oncle de sortir, met tout en oeuvre pour garder au logis, allant jusqu'à l'enfermer dans sa chambre, lui ôter ses vêtements; mais le prêtre est intrépide, s'insurge, se met dans des colères terribles, tape sur la porte à coups du bûches pour tenter de l'enfoncer. Un jour, profitant de l'absence du brasseur, il parvient à sortir, en robe de chambre, sans souliers ni chapeau, et, insouciant de faire remarquer, se hâte d'aller célébrer le Saint Sacrifice. On juge de la colère du neveu quand à son retour, il apprend cette belle équipée... Un jour viendra où, terrorisé, à la suite de l'arrestation de l'ex-Chapelain, le triste sire n'hésitera pas à raconter tout cela pour dégager sa responsabilité, et M. Broquet sera envoyé à l'échafaud.

© La vie religieuse sous la Terreur 1792-1794

accueil