Jean-Michel Beysser

Né à Ribeauville Haut-Rhin le 4 novembre 1753, guillotiné à Paris le 13 avril 1794
Les reprèsentants Merlin de Douai, Gillet et Cavaignac, commissaires à l'armée des Côtes de Brest, par laquelle ils annoncent qu'ils ont dû destituer et faire mettre en arrestation le général
Beysser, coupable d'avoir adhéré à des mesures contre-révolutionnaires prises par les autorités constituées de la ville de Nantes, et de retenir dans cette ville les approvisionnements destinés au corps d'armée d'Ancenis

Discours du citoyen Baco, maire de Nantes, orateur de la députation, pour demander que
Beysser soit rappelé au commandement de Nantes et assurer la Convention que Coustard n'a eu aucune part aux arrêtés pris par les administrateurs de la Loire-Inférieure

La prise de la Bastille n'est pas connue à Lorient quand arrive un courrier du député Delaville-Le Roux, racontant le renvoi de Necker le 11 juillet 1789. On est le 17. Les Lorientais se réunissent à l'Hôtel de ville. Ils désignent 33 commissaires communaux, plus seize représentants des jeunes citoyens qui viennent de se constituer en légion. Cinquante d'entre eux sont envoyés au château de Tréfaven pour garder le dépôt d'explosifs. Ce sont les premiers dragons nationaux. Le corps sera constitué officiellement le 21 juillet, sous l'autorité de
Jean-Michel Beysser, premier major et ancien cavalier du régiment de Lorraine-Dragons.
accueil