BEAUVAIS DE PREAUX Charles Nicolas

 

Né à Orléans le 1er août 1745, mort à Montpellier le 28 mars 1794. Fils d'un quincailler qui se disait descendant de Boileau, il fit des études de médecine et s'affilia à la maçonnerie. Il fut nommé médecin à l'hôpital Saint-Sulpice (aujourd'hui Necker). Ce fut lui qui annonçca au roi sa déchéance après le 10 août. Elu à la législative, puis à la Convention par Paris, il vota la mort de Louix XVI. Envoyé à Toulon, il fut capturé par les royalistes et emprisonné par les Anglais au fort Lamalgue. Le 8 octobre 1793, Barère s'écriait en plein Convention : "Vous frémirez quand vous saurez que les anglais ont fait périr par le supplice de la corde Beauvais-Préaux". Suit un éloge enthousiaste de ce martyr; or, le régicide délivré de prison le 20 décembre de la même anné, ne mourut que le 28 mars 1794 à Montpellier. Il avait pu, par anticipation, assister à sa propre apothéose; et certes les louanges que reçut ce mort bien vivant furent chaleureuses. Mort et incinéré, ses cendres furent expédiées dans une urne à la Convention, qui adopta ses deux enfants: Charles-Eléonore né en 1772, et Caroline. Son fils, Charles-Eléonore, embrassa la carrière militaire et se signala surtout en Orient. Fait prisonnier par les Turcs à Corfou en 1798, il fut libéré en 1800 et Napoléon ne fit appel à lui qu'en 1809 pour l'envoyer en Espagne où il se fit remarquer par sa cruauté. Fait baron en 1813, il mourut à Paris sous la Réstauration.

© Les convotionels régicides