BAUDUCEAU Victoire

 

Victoire Bauduceau, 48 ans, née à Thouars, avait épousé Gilles Réveillère, de Cholet, riche négociant en toile à qui elle avait donné quatre enfants. Ils habitaient à Cholet, rue Nantaise. Ils semblaient favorables aux idées révolutionnaires... Cependant, Victoire Bauduceau avait refusé, contre l'avis de son mari, que le mariage de sa fille aînée soit célébré par le curé constitutionnel de Notre-Dame de Cholet. Il semble que, par ailleurs, on la tenait pour suspecte depuis novembre 1793, date à laquelle elle n'avait échappé à l'arrestation que par le versement d'une caution. Arrêtée le 13 janvier 1794, elle est interrogée par le président du nouveau Comité révolutionnaire qui note en conclusion qu'elle est " aussi coupable qu'un être de son sexe puisse l'être : elle a fanatisé la moitié de Cholet, tenu des conciliabules secrets, fait dire des messes... La République a besoin de se purger (sic) ". Transférée à la prison du Calvaire d'Angers avec sa fille Renée, elle fut interrogée par Vacheron, le 24 janvier, qui hésita à la condamner, en raison de nombreux témoignages républicains en sa faveur. Victoire Bauduceau était en fait charitable envers tous, quel que fût leur parti. Le procès porte en marge la mention " à revoir F ". Elle fut fusillée le 1er février 1794. C'était la septième fusillade dont firent partie 163 femmes de la prison du Calvaire, ce qui provoqua une protestation de la municipalité d'Angers, près de la Commission militaire. Renée Réveillère fut libérée le 19 février. M. Gilles Réveillère, mari de la victime, fut renvoyé hors d'accusation par la Commission' militaire de Nantes, fin mars 1794.

le 06/11/2003

 

© Les Martyrs d’Angers : 1793-1794, d’André MERLAUD

accueil