Baudin Pierre Charles Louis


Né à Sedan, le 18 décembre 1748, mort à Paris le 14 octobre 1799, maire de Sedan en 1790 puis député des Ardennes à l'Assemblée législative, Baudin est envoyé en août 1792 auprès de La Fayette et demande le 19 sa mise en accusation. Elu ) la Convention, il fait partie de la Commission des archives. Lors du procès du roi, il vote pour l'appel au peuple, pour le bannissement à la paix et pour le sursis. Il vote en revanche, le 13 avril 1793, pour la mise en accusation de Marat. Ses opinions modérées peuvent s'exprimer librement après le 9 thermidor. Il fait alors partie de la commission dite des onze, chargée d'élaborer une nouvelle constitution et, président de la Convention, prononce l'éloge des députés morts victimes de la tyrannie. Elu au Conseil des Anciens Baudin combat les intrigues royalistes du parti clichyen mais désapprouve la violation de la Constitution que représente le 18 fructidor, l'intervention de l'armée dans le "rayon constitutionnel". C'est son intervention qui fait rejeter les propositions d'indemnités pour les acquittés du complot babouviste et d'amnistie pour Barère. Déçu que le Directoire lui ait préféré Joseph Bonaparte comme ambassadeur à Rome, il meurt d'émotion à l'annonce du retour d'Egypte de Bonaparte. Dans l'éloge funèbre qu'il prononça aux Anciens, Garat eut ces propos d'un sublime grotesque: "Qu'il est fragile de vase dans lequel nous promenons, au milieu de tant de dangers, cette étincelle de vie toujours prête à s'éteindre! Les secousses même plus brillante suffisent donc quelquefois pour l'éteindre subitement".


® Histoire et dictionnaire de la Révolution française 1789-1799 édition Bouquins



Après le coup d'Etat des 18 et 19 Brumaire an VIII (9 et 10 Novembre 1799), le gouvernement français est assuré par trois consuls : Bonaparte, Sieyès et Ducos ; mais seul Bonaparte, Premier Consul, réunit vraiment tous les pouvoirs, les 2e et 3e consuls ne sont que de simples conseillers. Très vite, le Consulat cède la place à l'Empire (constitution de l'an XII, le 18 mai 1804) et le couronnement de Napoléon a lieu en décembre 1804.

Médaille gravée par P.A. Montagny pour le départ de l'expédition Baudin (octobre 1800


Généalogie

mise à jour le 04/07/2003