BASSAL Jean

 

Né à Béziers le 12 septembre 1752, mort à Paris le 3 mai 1803. Prêtre, curé constitutionnel de Saint-Louis de Versailles en 1791. Elu par la Seine-et-Oise à la Législative, puis à la Convention, il siègea sur le bancs de la Montagne et vota la mort du roi. Lorsque Marat fut inquité, il lui donna asile, et il était absent lors du vote sur sa mise en accusation. Envoyé en mission en 1793 avec Garnier de l'Aube dans le Jura, le Doubs, la Côte-d'Or et l'Ain pour apaiser les troubles, il trouva le Jura en pleine révolte et dut constituer vingt-quatre bataillons pour s'opposer à quatorze mille Jurassiens en armes. Ce fut lui qui créa l'Ecole d'horlogerie de Besançon. Envoyé sous le Directoire comme agent secret à Bâle, pour affaires diplomatiques, c'est sans doute au cour de cette mission qu'il acheta au prince de Charency la correspondance de Louis XVIII qu'il remit à Bonaparte. Il fut ensuite secrétaire du Conseil de la République romaine; mais le consul Visconti se plaignit de Bassal à Daunou. Il voulait se débarrasser de lui.

© Les convotionels régicides