canons - fusils


 

Cavalier Français Dragon

Les dragons formaient la masse pricipale de la cavalerie. Souvent employés pour combat à pied, ils portaient le fusil d'infanterie, trente cartouches, et la baïonnette, épée, celle-ci à fourreau de cuire, à lame large, plus courte que le sabre 90 centimètre au lieu de 95. Pistolets aux fontes. Chaque régiment avait ses couleurs.



Dragon de la première République

Habit vert a doublure, retroussis, poignets et passepoils jaunes; culotte de peau et gilet blancs; menteau blanc roulé en sautoir; buffleteries de la giberne, du sabre et de la baïonnette, blanches; casque d'acier avec peau de tigre, cimier de cuivre à pompon rouge et crinière noire. Tapis de selle, des fontes et du porte-manteau en drap bleu, galonné de blanc; le numéro 23 en blanc. Sabre à fourreu de cuir; fusil analogue au fusil d'infanterie, mais un peu plus léger, et à garnitures de cuivre.

 



 Cavalerie de la garde Française

Le régiment des chasseurs de la garde formait avec les grenadiers à cheval et l'escadron des Mamelouks, toute la cavalerie de la garde.Vraie garde personnelle de l'empereur, il fournissait tout le service d'escorte de Napoléon. L'uniforme était le plus riche et le plus pittoresque de l'armée, avec celui des Mamelouks. Pour les officiers il était, à la lettre, éblouissant. Pendue au cou, couvrant le bras gauche, pelisse écarlate bordée de fourrure noire, et garnie de 96 boutons d'or. Même garniture sur le dolman vert à brandebourgs aurore. Ceinture verte et aurore à glands écarlates; culotte de peau de daim jaune; bottes noires, colbach en ours noir, avec flamme écarlate, passepoils et gland aurore, plumet vert et rouge. Tapis de selle vert, brodé de galons aurore, timbré de l'aigle en or. Tout ce qui était aurore dans la tenue des cavaliers, était or pour les officiers.
     

 

   Infanterie Française Garde Français

Les Gardes français formaient avec les gardes suisses l'infanterie de la Maison du Roi, la "brigade des gardes", si terriblement éprouvée à Fontenoy. La création du corps remontait à Charles IX; c'était une troupe d'élite qui figura glorieusement dans toutes les grandes batailles de la monarchie. Habit bleu doublé de rouge, veste rouge, soutaches et boutons d'argent. Culotte bleue, grêtres rouges. Chapeau lampion, noir, galonné d'argent; buffleterie chamois, épée et baïonnette, puis sous le pan de l'habit retroussé, baudouin, colonel d'infanterie, lieutenant de grenadier aux gardes françaises

 

 Fantassin Français sous la République

Uniforme des soldats d'infantrie de ligne en 1800, c'était à quelques détailes près, l'uniform des soldats de la Convention, quand ils en eurent un. Habit très long, bleu, à revers blanc, boutons dorés; col, épaulettes pareilles aux épaulettes actuelles, poignets rouges; bicorne de feutre noir avec cocarde tricolore, et pompom blanc et rouge; gilet blanc, colotte de peau blanche; guêtres de toile blanche montant au dessus du genou. Lesbuffleteries de la giberne, du sabre- le briquet - de la baïonnette sont blanche. Elle se croisent sur la poitrine. Au côté droit, la gourde,tenant lieu de bidon actuel. Le soldat est à la position de l'armé au bras

 Infanterie Française Grenadier de la Garde

Bonnet à poil, "l'ourson", - il était en peau d'ours - avec plaque de cuivre à l'aigle; on y pouvait loger deux boutelles de vin. Capote bleu, d'abord à deux rangs, puis à un seul rang de boutons; on relevait les pans pour la marche; épaulettes de laine rouge, pantalon bleu très large, Buffleterie blanche. Giberne contenant 50 cartouches; sabre-briquet. L'équipement total pesait un peut plus de 32 kilogrammes, Les chasseurs à pied de la garde avaient même uniforme, mais pas la plaque à l'ourson et le dessus de l'épaulette vert. En route, grenadiers et chasseurs, coiffés du bicorne, portaient l'ourson sur le sac
 Fantassin du premier Empire

Pendant la plus grande partie de l'Empire, l'uniforme de l'infanterie française resta presque pareil à l'uniforme de l'infanterie de la révolution et de la monarchie. On raccourcit seulement les longues basques de l'habit, ce qui donna à l'homme une tournure plus dégagée, et, à partir de 1806, on remplaça par le shako de cuir le tricorne de feutre, qui ne protégeait ni de la pluie, ni du coup de sabre. Le pantalon et la capote furent adoptés pour la tenue de campagne à partir de 1810. Shako en cuir noir, à jugulaire de cuivre, cocarde tricolore et aigle en cuivre. Habit bleu foncé à revers blancs poignets, col, pattes d'épaulette, passepoils, rouges pour les fusiliers, jaunes pour les voltigueurs. Pantalon blanc; guêtres noires, capote grise roulé sur le sac.
 

 
       Grenadier de la Garde tenue de parade



L'uniforme de parade est celui de l'ancien Régime. Plumet rouge et grenadière blanche à l'ourson. Habit bleu à revers blancs, col et poignets rouges; pattes des poignets blanches. Gilet blanc, culotte blanche, guêtre noires ou blanches. Buffleteries blanches. Capote roulée sur le sac. Giberne, baïonnette et briquet. En campagne, la tenue de parade, portée dans le sac, était revêtue pour les entrées solennelles dans les villes ennemies.

 

 Infanterie Angalise

1 régiment de la gardes. Granadier

veste - la coiffure, la mitre presque pareille à celle des grenadiers de Frédérique-Guillaume 1°, est garnie de drap bleu, avec ornements d'argent; le centre de la plaque au-dessus du front est ornée d'un cheval au galop, sur fond rouge.
   

 

 Dragon Autrichien

L'armée autrichienne fut reconstrituée par Marie-Thérèse apeès la guerre de seccession d'Autriche, entre 1748 et 1756. Les dragons dans l'armée autrichienne comme dans l'armée française et dans toutes les armées étaient fréquemment employés pour le combat à pied; il étaient donc armés de fusil d'infanterie. Ils le portaient non pas sur la selle comme les français, mais suspendu au côté droit, aux bufflelerie; la baïonnette trés courte était porté en travers de la cartouchière; pistolets dans la fontes. Coiffure en forme de mitre avec aigrette et branche de feuillage, ornement qu'a conservé l'armée hongroise. Bottes légères à la hongroise; manteau rovie sur la selle.



Infantrie de ligne Autrichienne

L'infantre de ligne autrichienne portait l'habit blanc, la culotte blanche, les guêtres noires. Les régiments se distinguaient non par le numéro mais, comme encore aujourd'hui, par la couleur du col, des poignets et des retroussis. Le casque en cuir noir, avec plaque de cuivre, cimier et chenille marron en dessous, noire en dessus, avait été mis en service en 1798; il disparut en 1808. Buffleterie blanche. Pas de sabre; la Baïonnette est suspendue au baudrier gauche; la cartouchière au baudrier droit. Manteau noir roulé sur le sac

   


 Infanterie Prussienne Mousquetaire



Habit bleu foncé: col, poignets revers et retroussis rouges, veste, culotte guêtres et buffleterie blanches: tricorne noir, gansé de blanc, pompom jaune plat et terminé par une cocarde noire, blanche et rouge. Les cheveux nattés tombent dans le dos en une longue bresse jusqu'au manche de la hache. L'équipement, trés compliqué, comporte quatre piquets de tente, en sac en cuir non tanné avec corroies blanches, une musette de toile - le sac de distribution - une hache à graine de cuir une cartouchière noire avec plaque de cuivre. Sabre à fourreau de cuir marron au lieu de l'épée de l'infanterie française. l'uniforme très collant, dit l'uniforme " ficelé ou à la prussienne"
 Infantrie Prussienne

Le 23° d'Infanterie fut un des régiment prussiens détruits à Iéna. Il avait, par tradition la réputation d'être un des plus beaux de l'armée. On prêtait ce mot à Frédéric II: Habit bleu doublé de rouge; col revers et poignets mauves; cravate rouge. Culotte blanche, guêtres noires à bouton de cuivre. Le shako à visière, en cuir noir, est orné par-devant d'une plaque de cuivre, garni de plumes noires, et surmonté d'un plumet blanc; derrière turban mauve. Buffleterie blanche.
 


 

 Infanterie Russe Grenadier

Les uniformes russes n'ont aucune originalité et sont calqués sur les modèle prusien. Le Grenadier porte l'habit vert, sans parements; le col, les revers des manches, les retroussis, la guêtres noires à liseré blanc. Sabre dit briquet, cartouchière à couverture de cuivre fixée au ceinturon sur le ventre; giberne à chière à grenades, suspendue à un baudrier de cuir marron clair sur la hanche. La mitre à pompom blanc, formée devant d'une plaque en cuivre, ressemble derrière à la " bombe" en acier de nos artilleurs et se termine par un très long couvre-nuque.
 Infanterie Russe Grenadier de 1800

Habit vert, retroussis et pattes d'épaulettes rouge, poignets et col bleus, culotte gris foncé, demi-bottes; shako en cuir noir, avec plumet également noir; le plumet était distinctif des grenadiers; il était remplacé par un pompon pour les soldats ordinaires. Buffleterie blanche. Sabre à fourreau de cuir marron, l'extrémité en cuivre. Tous les régiment d'infanterie portaient le même uniforme, et se distinguaient les uns des autres par la couleur du col et des poignets. Le sac est remplacé par un porte manteau analogue à celui de la cavalerie; le bidon est fixé par dessus.


 

       


       

canons - fusils