ANDROUIN

 


Filles d'un notaire royal, nées et domiciliées à Saint-Lambert-du-Lattay. Elles se prénommaient
Gabrielle, 38 ans, Suzanne, 36 ans et Perrine, 32 ans. Elles avaient un frère, prêtre réfractaire, aumônier de l'hôpital, qu'il dut quitter sous la Terreur pour se réfugier en Vendée. Détenues au Calvaire d'Angers, elles sont interrogées le 26 janvier 1794 et accusées d'avoir accueilli leur frère et un autre prêtre réfractaire, Pierre Hermenot, guillotiné à Angers le 1er janvier 1794. En marge du procès-verbal, la lettre F (à fusifier). Pourtant, Perrine indique qu'elle a caché des " patriotes " que les brigands poursuivaient et les a sauvés de leur fureur. Elles furent fusillées au Champ-des-Martyrs le 1er février 1794 (septième fusillade).

 

le 30/10/2003

 

© Les Martyrs d’Angers : 1793-1794, d’André MERLAUD

 

accueil